Accepter de ne pas aimer…

Les différents courants philosophiques, religieux ou non, nous enseignent depuis notre plus jeune âge à aimer. « Aime ton prochain« , « soit tolérant-e« , « Accepte l’autre comme il/elle est« ,… Oui sauf que…

Sauf que : aimes-tu qu’une personne insulte, frappe, maltraite une autre ? aimes-tu ne pas te sentir respecté-e ? Aimes-tu qu’on te trompe, qu’on te mente ?

On croit que pour être « une bonne personne », il faut aimer tout le monde, ne pas en vouloir à quelqu’un qui nous a fait du mal et particulièrement si cette personne est de notre famille ou de notre entourage proche. Trop de croyances sont ancrées en nous. On recherche ce sacro-saint Amour inconditionnel, l’Amour avec un grand « A ». Mais si le chemin pour l’atteindre, était justement d’aimer et d’accepter les parties de soi ou d’un autre qu’on aime pas ? D’accepter de ne pas aimer tout et tout le monde. Car c’est justement en admettant que certaines choses, comportements ou personnes nous déplaisent qu’on peut agir.

Si vous ne reconnaissez pas que quelqu’un vous maltraite, vous continuerez de le/la laisser vous maltraiter. Très souvent, nous trouvons des excuses aux autres (et à nous-même) pour des comportements injustes, violents, irrespectueux. « Il a eu une enfance difficile« , « elle vient de perdre un être cher« , « il ne l’a pas fait exprès« , « C’est très dur à son boulot pour l’instant« , « elle est en pleine séparation« , … Toutes ces excuses que nous nous donnons pour ne pas avoir « de mauvaises pensées », pour laisser faire, pour ne pas avoir à sortir de notre zone de confort et laisser les choses telles qu’elles sont même si cela nous rend malheureux.

Car que ce passera-t-il si nous osons dire « non » ou « ça suffit » ou encore « ça ne me convient pas », etc ?

culpabilité

La peur cachée dernière cette fuite c’est le non-amour, la peur du rejet, qu’il/elle ne veuille plus de nous, ne nous aime plus. Cette quête désespérée de l’Amour nous fait perdre confiance. Et qu’est-ce qu’une perte de confiance ? C’est une perte d’Amour pour nous-même.  Nous n’aimons pas ou plus certaines parties de nous, de notre Être. On en a honte, on veut les cacher, on les nie, on les rejette.

Notre entourage et en particulier les personnes ayant des comportements que nous n’aimons pas sont là pour nous le rappeler. Car tout comme nous ne voulons pas voir nos parties qui nous déplaisent, nous ne voulons pas voir non plus que l’autre puisse être méchant, arrogant, manipulateur,… Cela est encore plus dur avec les personnes que nous sommes « sensé » aimer, nos parents, nos frères et sœurs, notre famille, nos amis proches,… Bien sûr ! comment ne pas aimer quelqu’un de gentil, serviable,… oui mais… cette personne est peut-être aussi envahissante, parasitante, malhonnête … L’un n’empêche pas l’autre.

Et on s’en veut, on culpabilise, de ne pas voir envie de voir tel ou telle, de ne pas suffisamment téléphoner pour prendre des nouvelles, …

Alors que : Tout est ok 🙂

Nous ne sommes forcé-e-s de rien, nous sommes libres. Libres d’occuper notre temps comme bon nous semble, libre de ne pas sortir si nous nous sentons fatigué-e. Libre d’aimer ET de ne pas aimer. Il est temps de revenir à Soi et d’être vrai-e avec l’autre, de ne pas mentir, d’être honnête et juste sur nos ressentis, de ne pas se forcer. Libérons-nous de nos chaines, de nos croyances et écoutons enfin notre Cœur.

Pour terminer, je vous propose de regarder en vous ce qui vous déplaît, qui vous n’aimez pas. Autorisez-vous ces sentiments, vous pourriez bien être surpris-e du résultat car c’est en acceptant de ne pas tout aimer chez l’autre que l’on peut petit à petit s’aimer nous-même pleinement et alors peut-être aussi ensuite d’aimer l’autre tel-le qu’il/elle est, sans attente, sans déception et avec légèreté.

Surtout, ne me croyez pas, essayez… 😉